Un commentaire sur le site du figaro résume bien la situation :

« C'est assez comique de voir les bureaucrates chinois s'indigner de la vente de ces deux objets anciens alors que leur parti a été le plus grand vandale de l'art chinois pendant la prétendue "révolution culturelle" et que les affairistes de l'après Mao n'ont eu de cesse de démolir, spéculation immobilière oblige, le vieux Pékin. »

Je rajouterais que 99% des œuvres d’art en chine ont été détruit pendant la révolution culturelle. Les chinois me racontent comment les gardes rouges entraient dans les maisons, jetaient par les fenêtres les tableaux, les meubles, les vases et brulaient ce qui ne pouvaient être détruit à la hache.

Une ville comme Shanghai n’a qu’un musée qui regroupe une poignée d'œuvres culturel et où on en fait le tour en une petite heure. Pas grand-chose de mieux à Beijing où le reste du centre historique disparaît à grand pas.
Le mieux est que la majorité des trésors chinois sont gardés à Taiwan !

Après le défaite contre les communistes, le Kuomintang s’est réfugié à Taiwan en sauvant tout ce qui pouvait l'être et ils préservent jusqu’à aujourd’hui hui ce qu'était la culture chinoise.